L'obsolescence programmée ou comment rendre les objets du quotidien périssables...

Par ErickM, le 11 août 2012

On pourrait définir l'obsolescence programmée comme étant l'art de rendre les objets du quotidien périssables... Si le concept est loin d'être neuf, les objets de l'IT (téléviseurs, ordinateurs, téléphones portables, baladeurs MP3, tablettes...) incarnent très certainement une des formes les plus scandaleusement raffinées de ce principe qui consiste à concevoir la fin de vie d'un objet comme une fonctionnalité et à l'intégrer dans celui-ci lors de sa conception !

C'est en effet un scandale, tant au regard des conditions de production de ces biens que de l'impact écologique franchement destructeur de ceux-ci. Et si l'on prend en compte le fait que pour certains de leur composants on est relativement proche de la pénurie en matières premières, on comprend aisément qu'il est tant de changer notre fusil d'épaule... Or, pour la grosse majorité d'entre nous, les objets de la communication semblent aujourd'hui indispensables : rares sont en effet ceux qui prétendent pouvoir s'en passer et plus rares encore ceux qui s'en passent réellement... Et d'ici à ce que le concept de «cradle to cradle» soit en vigueur dans les processus industriels en amont de ceux-ci, il y a fort à parier que l'eau coulera encore un certain temps sous les ponts.

Comme une bonne image vaut tous les mots, une bonne vidéo vaut certainement un dictionnaire tout entier ! Voici donc quelques vidéos sur le sujet. Les trois premières sont assez courtes et permettent d'appréhender rapidement le sujet. Si vous avez plus de temps, alors les deux suivantes sont les reportages qui ont été diffusés respectivement sur Arte et France 2. Si vous n'avez pas eu l'occasion de voir ces émissions lors de leur diffusion, il est toujours temps de vous rattraper... C'est très instructif !

 

3 petites vidéos pour appréhender le sujet en moins de 10 minutes !

Industrie : L'obsolescence programmée — Spot de l'AFP — 2:03

Limiter la durée de vie d'un produit dès sa conception et programmer sa mort: telle est la stratégie économique dite de l'obsolescence programmée. Elle apparaît avec la production en série et la société de consommation. Si les industriels crient à la mystification, force est de constater que les réfrigérateurs, ordinateurs, téléphones portables ou imprimantes d'aujourd'hui sont de plus en plus irréparables, du moins le croit-on.

Obsolescence programmée des produits (part 1) — Reportage TV5/France2 — 2:55

Obsolescence programmée des produits (part 2) — Reportage TV5/France2 — 5:14

Haut de page

2 excellents reportages si vous avez plus de temps...

Prêt à jeter – Obsolescence Programmée — Emmission diffusée sur Arte — 1h15

L'obsolescence programmée (aussi appelée « désuétude planifiée ») regroupe l'ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement.

La demande ainsi induite profitera au producteur, ou à ses concurrents — ce qui explique certains cas de cartels. Le secteur bénéficie alors d'une production plus importante, stimulant les gains de productivité (économies d'échelle) et le progrès technique (qui accélère l'obsolescence des produits antérieurs).

Cette stratégie n'est pas sans risques : elle implique un effort de recherche et développement, n'allant pas toujours dans le sens d'une amélioration du produit. De plus, elle fait courir un risque à la réputation du fabricant (son image de marque) ; enfin, elle implique un pari sur les parts de marché futures de la firme (sur les produits de remplacement).

Cette stratégie a également un impact écologique direct. L'obsolescence programmée visant la surconsommation, elle est la cause d'un surplus de déchets, indépendamment de l'état de fonctionnement effectif des produits techniques mis au rebut ou de l'état d'usure des objets d'usage. Les circuits de recyclage ou de conditionnement des matières plastiques et des métaux, en particulier, ne prennent pas en charge le stockage des déchets informatiques, malgré l'abondance de matières premières de valeur qu'ils peuvent contenir (fer, aluminium, mais aussi tantale pour les condensateurs et métaux rares, etc.). L'exportation en masse de déchets des pays de grande consommation vers des zones géographiques où le stockage est négociable à moindre coût est d'autant plus problématique et expose classiquement les pays receveurs à des pollutions spécifiques sur les sites de décharge de grande envergure.

Haut de page

La mort programmée de nos appareils — Emmission diffusée sur France 2 — 1h13

Enquête sur le géant Apple et sur de grandes marques d'électroménager, de téléphonie ou d'ordinateurs, qui font tout pour limiter la durée de vie de leurs produits pour que les consommateurs en achètent davantage.

Les techniques de l'«obsolescence programmée» sont variées et sophistiquées et leurs conséquences sont claires : surconsommation généralisée et au bout de la chaîne, de gros dégâts environnementaux.


 

Pour approfondir le sujet, je vous invite à lire un document de référence. Il s'agit du rapport «L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage. Le cas des produits électriques et électroniques.». C'est un travail conjoint du Cniid — Centre national [français] d’information indépendante sur les déchets — et des Amis de la Terre France, paru en 2010.

 

Cela dit, il n'y a pas de fatalité et une des missions que nous nous sommes assignée est justement de vous accompagner dans le réemploi des ordinateurs. Contactez-nous et vous verrez qu'il est possible d'allonger considérablement la vie de votre parc informatique.

 

ErickM

Haut de page

Mots clés : DEEE, Société, Vidéo
Classé dans : Accueil, Infos, Réemploi